Ressources

Né en 1964 je vit et travaille à Fontaine [38 – FRANCE].


AVOIR CONSCIENCE DE LA PROCHE DISPARITION DE L’OEUVRE...


Ma pratique oscille à mi-chemin entre la sculpture et l’installation. J'ai pour médium principal le papier et certain de ses dérivés, comme le carton. Je travail l'éphémère... L'éphémère modifie la donne : la précarité introduit un nouveau rapport à la chose créée. Le papier offre quantités de possibilités, tant mécaniques, que visuelles, ... et il a de multiples facettes.



JAMAIS DEUX FOIS LA MÊME, TRAVAIL IN SITU... DES MULTIPLES...


A travers mon travail J’interroge souvent le visiteur sur la manière dont nous percevons une œuvre d'art. Avoir un point de vue, des points de vue... autant qu'il y avoir de regard. La (es) limite (s), le point de rupture, l'équilibre et le déséquilibre font également partis de mon travail artistique. Je partage mon temps entre mon atelier et des projets menés avec différents publics [Wire Project].


Des installations IN SITU, qui invite le public à s'impliquer. Des installations dans lesquelles le public est partie prenante en amont [Cloud – 2020]. Mais j'aime également par des stratégies scénographique inviter le public à avoir un, des points de vue sur mon travail [Bubbles – 2014. Bubbles #2 - 2020].


Des multiples... Je créé de petites pièces en papier... puis je les répliques, encore et encore ! La même pièce, multipliée de manière exponentielle trés souvent suspendue afin de créer un mouvement en exploitant le jeux des intervalles. Créer des objets pour raconter des actions construites de toute pièce, à des vitesses fictives et imaginés selon ma vision subjective d'un mouvement. Construire des mouvements dans un contexte d’immobilité, des arrêt sur image. [Μέδουσα – 2013. #2 - 2014. #3 - 2015. # 4 – 2017. #5 – 2018].


Depuis quelques années, pour accentuer l'implication du visiteur dans son rapport a mon travail, j'ai introduit des capteurs (tactiles, capacitifs, ...) connectés à des cartes électroniques. Ces éléments deviennent interfaces entre l’œuvre et le visiteur.Par son implication avec l’œuvre, le public a la possibilité de ne plus seulement être qu'un spectateur passif. il est encouragé, si il le souhaite a devenir acteur et enrichir sa perception. Invité jouer avec l’œuvre, le visiteur en devient un des éléments. [Ετεροτοπία # 1 – 2020].